Les secrets du cerveau dévoilés par Lionel Naccache, neurologue

Cerveau

Les secrets du cerveau dévoilés en vidéo
https://www.lemonde.fr/medecine/video/2018/08/28/les-secrets-du-cerveau-devoiles-par-lionel-naccache-neurologue_5347039_1650718.html
via Le Monde

 

Une vidéo de quelques minutes que je conseille vivement à tous ceux qui se montrent curieux des avancées des neurosciences, mais peut-être encore plus à ceux qui restent réfractaires à ce type d’approche, craignant sans doute qu’un abord neurologique vienne concurrencer le point de vue  psychologique qui est le leur.

Premier mérite de Lionel NACCACHE, celui de rendre compte simplement d’une réalité des plus complexes : point de jargon scientifique, mais un discours accessible au plus grand nombre, une qualité que j’apprécie beaucoup.

La complexité du cerveau est rapportée en premier lieu au très grand nombre de neurones et au nombre encore plus grand des connexions synaptiques entre ces neurones, ceci sans compter les autres types de cellules qui composent le cerveau et qui ont aussi un rôle à jouer que l’on découvre petit à petit. Un point qui n’est pas évoqué mais qui selon moi rajoute à la sensation de vertige que peuvent donner ces grands nombres, c’est la vitesse avec laquelle se déroulent les échanges entre neurones, des phénomènes qui se mesurent en millisecondes.

La complexité du cerveau tient également à la plasticité cérébrale, à savoir le fait que le cerveau se modifie, se reconfigure en permanence en fonction des interactions du sujet avec son environnement. Point essentiel. Un exemple cité dans l’histoire de l’humanité est particulièrement éclairant, celui du passage de la préhistoire à  l’histoire avec l’apparition de l’écriture : une évolution majeure qui se rattache non à des facteurs biologiques ou génétiques – le cerveau de l’homme préhistorique n’est pas fondamentalement différent du nôtre, mais à des facteurs culturels.

Autrement dit le poids respectif entre facteurs biologiques et facteurs culturels dans ce qui nous détermine est nettement en faveur des facteurs culturels ; les facteurs liés à notre environnement priment sur ceux liés à la génétique ; les interactions et tout particulièrement les interactions précoces jouent un rôle fondamental dans le modelage de notre cerveau, dans la constitution des réseaux neuronaux… Les facteurs affectifs et psychologiques conservent donc toute leur importance… de quoi rassurer ceux que le développement des neurosciences inquiète.

L’invention de l’écriture est présentée par Lionel NACCACHE comme la première « prothèse » conçue par l’homme pour notre  cerveau, une forme de mémoire externe. On peut mesurer aujourd’hui les changements que cette invention a permis… Et que dire de l’époque actuelle avec le développement des technologies numériques ? Quels  changements peuvent en découler ? Il est sans doute trop tôt pour y répondre.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s