Autisme : Emmanuel Macron présentera-t-il ses excuses à l’ensemble des psychiatres français ?  — Journalisme et Santé Publique

Bonjour Elle voulait, d’un mouvement du menton, « changer la donne », elle est parvenue à liguer contre elle tous les pédopsychiatres et psychiatres du service public. Sophie Cluzel, 58 ans, est depuis près de deux ans, secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées. Elle s’exprimait le 1er avril dernier, sur les ondes de RMC (1er avril). Et […]

via Autisme : Emmanuel Macron présentera-t-il ses excuses à l’ensemble des psychiatres français ?  — Journalisme et Santé Publique

Reportage sur la psychiatrie en France

Revue de presseArticle écrit par Marine Tesse dans le sillage de la journée du mardi 22/01/2019 organisée par le collectif hôpital Pinel en lutte. Vous y trouverez de nombreux témoignages et différents liens qui font état du malaise actuel dans notre discipline.

J’en reprends un en particulier qui renvoie au discours d’Agnès BUZYN au Congrès de l’Encéphale, lequel se veut une réponse à l’insatisfaction et à la colère qui remontent des territoires, aussi bien de la part des professionnels que des usagers et familles d’usagers.

Je vous en cite un extrait dont le contenu recoupe très largement me semble-t-il les préoccupations qui sont les nôtres sur le terrain :

« Avec son organisation en secteurs, la psychiatrie française a été précurseur de la territorialisation des soins et de la responsabilité populationnelle.

Elle doit aujourd’hui mettre en place une politique ambitieuse de prévention, lutter contre la stigmatisation et garantir des parcours de soins coordonnés et soutenus par une offre accessible, diversifiée et de qualité.

Je souhaite donc lancer, dès cette année, une mission sur les Centres Médico-Psychologiques pour valoriser et conforter leur place. Les formes de cette mission seront arrêtées très prochainement. Je souhaite également soutenir l’ensemble des démarches qui seront de nature à consolider le rôle du médecin généraliste, des professionnels de santé de proximité et leur collaboration avec l’hôpital.

Ces travaux devront aussi permettre, avec les contributions attendues en 2019 sur les parcours des patients, enfants et adultes, de renforcer et de rénover la place de l’ambulatoire dans ces parcours.

Ce n’est qu’à ces conditions que nous pourrons aborder la question des délais d’accès aux professionnels des secteurs de la psychiatrie, non pas parce que nous serions condamnés à accepter le poids excessif des indicateurs, mais parce que la qualité d’une organisation peut être éclairée par l’évolution dans le temps de cet indicateur ».

Les pleurs des papas et ceux d’une poubelle. Entendu aujourd’hui dans une rue tourangelle  — Journalisme et Santé Publique

Bonjour Une rue ligérienne. Plein soleil de novembre. La Nourrice, solide, tenant le haut du pavé. Bientôt midi. Les éboueurs ne sauraient tarder. De retour du marché, une poussette devant elle et trois bambin.e.s trottinant autour d’elle. « Oui, ben moi je sais que des bébés souvent ça fait que pleurer… -Oui ben moi je sais […]

via Les pleurs des papas et ceux d’une poubelle. Entendu aujourd’hui dans une rue tourangelle  — Journalisme et Santé Publique

Les cahiers bleus

CAHIERSBLEUSAFEn cette période de rentrée scolaire, retrouvons un téléfilm de 1991 réalisé par Serge Leroy avec les célèbres Évelyne Bouix et Jean Carmet.

Synopsis : Odile Langlois est embauchée comme enseignante en CM1 dans une école primaire dirigée par Henri Lebel. Les enfants sont tout d’abord enchantés par l’arrivée de cette nouvelle institutrice quand un jour, la maîtresse demande aux élèves de réciter et d’illustrer le poème d’Arthur Rimbaud Le dormeur du val. Pendant le cours, l’institutrice voulait porter l’attention des élèves sur le dernier vers du poème : « Il a deux trous rouges au côté droit ». La maîtresse leur demandait alors de matérialiser ces deux taches de sang par deux petits points rouges. Pour augmenter le réalisme, un élève se pique avec une aiguille pour faire sortir son sang. Mais quand Philippe Lanosel, le père du petit Richard, découvre que les taches apparaissaient sur le cahier bleu de son fils, il se plaint tout de suite au directeur. Durant ses péripéties, Odile Langlois va faire la connaissance de Jean Castéli, le représentant syndical de l’école, joué par Tom Novembre.

Mais sur fond de nouvelles méthodes d’enseignement se cache le regard sur la psychiatrie et l’hospitalisation pour « folie » de la nouvelle institutrice. Comment une « folle » peut enseigner à des enfants. Un jugement simpliste sans connaître les raisons de l’hospitalisation d’Odile Langlois. Difficile pour elle de faire face à ce jugement et au regard des parents suivis par l’éducation nationale.

Un téléfilm à voir et à revoir sur ARTE jusqu’à la fin du mois de septembre … https://www.arte.tv/fr/videos/080057-000-A/les-cahiers-bleus/